Archives pour la catégorie DvD

Le Secret De Brokeback Mountain ( Brokeback Mountain ) de Ang Lee

Le Secret De Brokeback Mountain !!!

Sortie le 18 Janvier 2006

NOTE : 9/10

hebergeur d'image

Film réalisé par Ang Lee ( Tigre et dragon ), adaptation d’une nouvelle Annie Ploux publiée en 1997, avec Heath ledger ( Batman Begins: The dark knight , I’m not there , The patriot … ) , Jake Gillenhaal ( Zodiac , Le jour d’après .. ) et Michelle Williams ( ancienne héroïne de la série Dawson’s Creek ).

Synopsis du Film : L’histoire Eté 1963, Wyoming. 2 jeunes cow-boys, Jack et Ennis, sont engagés pour garder ensemble un troupeau de moutons à Brokeback Mountain.Isolés au milieu d’une nature sauvage, leur complicité se transforme lentement en une attirance aussi irrésistible qu’inattendue.A la fin de la saison de transhumance, les deux hommes doivent se séparer.Ennis se marie avec sa fiancée, Alma, tandis que Jack épouse Lureen.Quand ils se revoient quatre ans plus tard, un seul regard suffit pour raviver l’amour né à Brokeback Mountain.

Et voilà en gros le résumé du film. Mais l’histoire va au delà de ce genre de préjugés car moi je l’ai prit comme une histoire d’amour à part entière.

Faut-il renier ses pulsions, ses envies par peur des causes et effets ou du regard des autres ?

( C’est pas ce qui est beau qu’on aime, c’est ce qu’on aime qui est beau ! ! !) Car c’est justement, je pense, le thème de cette histoire, dans le fond, et pas juste deux mecs qui s’en… filent dans une tente. Mais l’amour peut-il résister à tout ? Auyx Préjugés, aux regards des autres faut-il renié celui ou celle que l’on aime juste parce que ce n’est pas bien ? Non bien entendu, mais certes il faut remettre le film dans son contexte et le situé à l’époque où il se déroule. Les paysages sont magnifiques et ajoutent une dimension de liberté justement à cette histoire et que dire des musiques qui sont Splendides.

Lion d’or à Venise en 2005 , 4 goldens globes dont meilleur film dramatique, meilleure musique, meilleur scénario et meilleur réalisateur ( Ce qui est pas mal je trouve ). Puis que dire de la réalisation et tout simplement du jeu magnifique des deux acteurs principaux ( qui ont pris des risques mais ont réussi leur pari ) un film à ne pas oublier et surtout un film à ne PAS JUGER.

J’ai pleuré pour la fin j’avoue c’est horrible, mais je pense vraie comment l’histoire se déroule et se termine, et que dire des acteurs superbes dans leur rôle réciproque.

Image hébergée par servimg.com

Image de prévisualisation YouTube

The Descent de Neil Marshall

The Descent !!! 

Sortie le 12 Octobre 2005

NOTE : 7,5/10

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Voici une petite nouvelle qui devrait faire peut-être passer un peu mieux la pilule auprès des fans de l’extraordinaire film de Neil Marshall, oeuvre qui marquait les esprits entre autres par sa forme sans concession et jusqu’au boutiste. Quelle n’a pas été la déception donc de savoir qu’une suite était mise en chantier et qui plus est une séquelle directe puisque Sarah, la survival girl par excellence, sauvage et primale, se relançait dans un affrontement sanglant contre les Crawlers, elle que l’on aurait préféré savoir perdue à tout jamais dans sa grotte. Dur donc d’apprendre il y a quelques semaines que la belle retrouverait un peu d’humanité pour aider un groupe de spéléologues eux aussi perdus dans les galeries souterraines. Ou comment faire croire qu’on ira au bout de son propos et finalement de le désamorcer… Mais Sarah n’est pas la seule à revenir et c’est dans ce retour surprenant que tient le possible soulagement…

En effet, le tournage devant débuter dans quelques jours et ce durant huit semaines, en Angleterre, en Écosse et dans les studios Ealing de Londres, le casting a été dévoilé et surprise, Shauna MacDonald n’est pas la seule survivante puisque est annoncée aussi en tant que rôle principal la jolie Natalie Mendoza, interprète de Juno, meilleure amie de Sarah qui était laissée dans une posture assez délicate par notre héroïne revenue à ses élans primitifs… On peut donc supposer, et on l’espère, que la jeune femme donnera du fil à retordre et offrira du coup une complexité beaucoup plus intéressante que ce qui était jusqu’alors annoncé… Pour mémoire le film est écrit par James Watkins, scénariste de My Little Eye, et possède le même budget ( 10 millions de dollars ) que le premier opus qui avait rapporté 57 millions. En espérant que la suite fasse autant d’entrées mais surtout qu’elle soit à la hauteur de son aîné. ( Source DvdRama )

Vraiment génial car j’avais adoré le 1 et son univers sombre et prenant.

Image de prévisualisation YouTube

Un film d’animation comme je les aime, dans la lignée des Miyazaki …

La traversée du temps ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Certes on est loin du génie Miyasaki et de sa façon de nous parler de la nature et du monde en général mais ce film vaut quand même le détour.

http://www.dailymotion.com/video/x2cxlf

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Makoto est une jeune lycéenne comme les autres, un peu garçon manqué, pas trop intéressée par l’école et absolument pas concernée par le temps qui passe ! Jusqu’au jour où elle reçoit un don particulier : celui de pouvoir traverser le temps. Améliorer ses notes, aider des idylles naissantes, manger à répétition ses plats préférés, tout devient alors possible pour Makoto. Mais influer sur le cours des choses est un don parfois bien dangereux, surtout lorsqu’il faut apprendre à vivre sans.

Bon le dessin est plus proche du manga genre Death Note que des films d’animations purs tels que Princesse Mononoké ou Le voyage de Chihiro ou autres ^^.

Puis ce film traite de l’amitié et surtout de l’amour qui s’introduit dans l’amitié ( est-ce que ça gâche pas tout d’être meilleurs amis puis amants ?? ), puis les retours en arrière ne gênent pas trop même s’ils sont répétitifs. Mais avant tout le sujet principal est : Les répercutions sur le fait de changer le présent, on croit que c’est tout beau tout rose mais en faite en changeant le présent, ou le passé, on modifie l’avenir des autres aussi inconsciemment même. Et en faite ça devient un cercle vicieux car on essaie de le rechanger mais ça fait boule de neige , plus on essaie de se rattrapper plus on fait de mal aux autres.

Donc le film se laisse regarder jusqu’au moment où l’on sait qu’une catastrophe va arrivée et au dénouement à 1H de film totalement surprenante ( enfin moi j’étais surpris grave ) bref un final tout triste et vraiment prenant avec sa petite morale. L’amour est les ravages qu’il peut provoquer ^^.

En tout cas un film vraiment apaisant qui nous permet de nous évader 1h30 avec ce temps déprimant dehors et surtout un film qu’on aime et que l’on veut revoir de suite. A bon entendeur

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

http://www.dailymotion.com/video/x37bd3

 

 

Critique de  » There will be blood  »

There Will Be Blood !!!

NOTE : 9/10 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Le travail du critique a parfois ses limites. Il y a des mots qui ne résument jamais assez bien les images. Il y a des grands moments de cinéma qui ne se lisent pas mais qui doivent se voir.

Dans cette optique, Paul Thomas Anderson ne nous facilite pas la tâche. Que dire de There will be blood, si ce n’est clamer haut et fort que c’est un très grand film, LE morceau de bravoure qu’il ne faudra pas rater en ce début d’année. Biberonné aux westerns de l’âge d’or hollywoodien et des grandes épopées façon Géant, le réalisateur de Magnolia et Punch-Drunk Loverend un hommage presque sensoriel à ce cinéma d’un autre âge, empli d’espaces et de dévastation. Mais le cinéaste ne se contente pas de regarder dans le rétro. Il oublie les cow-boys et les indiens et fait de cette quête de l’or noir dans l’Amérique du siècle dernier un film terriblement personnel, une quête tragique de l’absolu à travers le destin de Daniel Plainview, un dur à cuire au grand coeur qui va sombrer peu à peu, victimes violente et narcissique des drames de la vie.

Dans ce rôle Daniel Day-Lewis est PRODIGIEUX, terrifiant, poignant, assourdissant d’amour et de rage. Il est l’épine dorsale d’une longue leçon de cinéma, un cinéma puissant et intègre à vous faire détester l’arrivée du générique de fin.

Coppola avait son Parrain

Scorcese son Taxi Driver

Spielberg son Schindler

Paul Thomas Anderson a son There will be blood.

Un film prodigieux, un Daniel Day-Lewis habité, une leçon de cinéma. Déjà un classique.

The Fountain de Darren Aronofsky

The fountain ! ! ! 

NOTE : 9/10 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Je précise tout de suite, je suis Amoureux de ce film, je l’ai vu des dixaines de fois ( chacun son truc ).

Réalisé par le génial Darren Aronofsky ( Pi , Requiem for a dream ) avec Hugh Jackman et la trés trés belle Rachel Weisz.

Son allergie aux conventions et son ambition aveugle risquent de laisser une majorité du grand public sur le carreau… qui se privera d’une des oeuvres les plus fascinantes à avoir foulé les salles depuis très longtemps.

Darren Aronofsky touche une nouvelle fois à la perfection et laisse le spectateur dévasté, repu, en larmes ou en lambeaux. Même pas un chef-d’oeuvre, un miracle

The Fountain raconte le combat à travers les âges d’un homme pour sauver la femme qu’il aime.
Espagne, XVIe siècle. Le conquistador Tomas part en quête de la légendaire Fontaine de jouvence, censée offrir l’immortalité.
Aujourd’hui. Un scientifique nommé Tommy Creo cherche désespérément le traitement capable de guérir le cancer qui ronge son épouse, Izzi.
Au XXVIe siècle, Tom, un astronaute, voyage à travers l’espace et prend peu à peu conscience des mystères qui le hantent depuis un millénaire.
Les trois histoires convergent vers une seule et même vérité, quand les Thomas des trois époques – le guerrier, le scientifique et l’explorateur – parviennent enfin à trouver la paix face à la vie, l’amour, la mort et la renaissance.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

La bande originale de ce film est la plus belle que j’ai jamais écouté, celle de Clint Mansell, j’ai jamais été aussi ému par une musique. Quand à l’histoire du film j’avoue je ne pense pas l’avoir comprise, car toute la beauté du film est là. Chacun essaie de trouver la fin, le sens de ce film.

Pour moi, le Tommy conquistador éxiste pas, il est raconté par Tom du présent au travers du livre de Izzi ( celui qu’elle écrit ), puis il essaie de trouver l’amour éternel, d’être auprès d’elle pour l’éternité. Car le thème central du film, c’est la vie éternelle, la fontaine de jouvence que Tom le conquistador cherche pour sauver la reine, mais que Tommy du futur et du présent cherchent aussi, le premier au travers d’un remède contre le cancer et le deuxième au travers de Xibalba ( qui pour les Mayas est l’endroit où vont renaître les âmes donc il veux l’atteindre espérant rejoindre l’âme d’Izzi ).

Je ne peux pas raconter le film ni même décrire le sentiment que j’ai pu ressentir après l’avoir vu. Tout ce que je peux dire c’est que ce film m’a ému au point de le voir 2, 3 fois de suite pour essayer de comprendre, ou d’améliorer ma compréhension première. Darren Aronofsky singe là une OEUVRE magnifique qui pour certains est nulle et d’autres comme moi Incontournable, un chef-d’oeuvre qui nous montre que l’amour est ETERNEL.

SVP regardez le au moins une fois et vous verez avec sa musique phénoménale .

http://www.dailymotion.com/video/xxv2z

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

300 de Zack Snyder

300 ! ! !

NOTE : 8/10 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

AHOU AHOUUUUU AHOUUUU

Rarement un film m’aura mis une claque visuelle. Réalisé par Zack Snyder ( L’armée des morts ) avec Gérard Butler et Lena Headey.

Adapté du roman graphique de Frank Miller, 300 est un récit épique de la Bataille des Thermopyles, qui opposa en l’an – 480 le roi Léonidas et 300 soldats spartiates à Xerxès et l’immense armée perse. Face à un invincible ennemi, les 300 déployèrent jusqu’à leur dernier souffle un courage surhumain ; leur vaillance et leur héroïque sacrifice inspirèrent toute la Grèce à se dresser contre la Perse, posant ainsi les premières pierres de la démocratie.

Jusque là tout va pour le mieux puis le film commence avec une voix-off expliquant l’initiation des jeunes avant de devenir Spartiates. Puis on y découvre Léonidas le chef, et sa reine. Il se retrouve confronter à un ennemi du nom de Xerxés qui veut tout contrôler. Il veut la soumission des Spartiates. Mais le Roi Léonidas refuse et il réunit son armée de Guerriers ( une chose ces mecs sont musclés comme pas deux alors pas de complexe ^^ ). c’est ainsi qu’il parte à la rencontre de 100 000 hommes et eux se retrouve seulement aux nombres de 300 ( une scène du film d’ailleurs où Léonidas demande à des centaines d’hommes  » Que fais-tu dans la vie toi ? Potier, et toi ? Sculpteur, toi ? forgeron . Et là il crie  » Spartiates, quelle est votre profession ? AHOUUUU AHOUUU AHOUUUU ,  » tu vois j’ai emmené plus de soldats que toi «   trés fort ).

Donc le film montre le courage, la bravoure de guerriers qui préférent mourir en se battant. Telle est la fierté d’un Spartiate. L’acteur est vraiment impeccable dans son rôle de roi, et sa femme aussi d’ailleurs, mais pour moi là où le film est terrible c’est dans ses scènes de combats, d’un réalisme magnifique, les décors sont grandioses ( sur fond de couché de soleil ) puis la bataille finale est splendide ( quand Léonidas jette le javelot ).

C’est un film vraiment à voir, certains aimeront d’autres diront  » ouais bof «   moi je suis sorti de la salle j’étais vraiment sur le cul devant la beauté du film et surtout la fin car je ne connaissait pas du tout la bataille des Thermopyles.

voilà à vous de voir ^^ ( Ah oui en V.O sous titré c’est 100 fois meilleurs et de loin d’ailleurs j’ai mit la Bande annonce en VOST )

http://www.dailymotion.com/video/x19ndh

King Kong de Peter Jackson

King Kong ! ! !

NOTE : 8,5/10

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

J’ai le sentiment d’être un chialeur fou bref tant pis pour ceux qui penseront ça.

Alors hier suite à la victoire de l’OM je me suis lancé dans la énième vision du film de Peter Jackson, devrais-je dire du chef-d’oeuvre de Peter Jackson, King Kong, avec la sublime Naomi Watts, Adrian Brody et Jack Black.

Donc le film démarre dans les années 30, sur un réalisateur raté, Carl Denham, qui se fait couper ses crédits et décide de tourner ses dernières scènes sur une île en forme de crâne « Skull Island« . Il embarque avec lui et par fourberie une jeune femme du nom de Anne Darrow et son scénariste Jack Driscoll( dont Ann est fan absolue ^^ ). Et les voilà partis pour l’île du crâne.

Mais Carl sait que quelque chose se cache là-bas.

Voilà le synopsis de ce film magnifique, bon moi j’ai aimé comme jamais mais j’avoue les trentes premières minutes sont loooongues, il faut attendre leur arrivée sur l’île et la découverte du Roi Kong pour que le film se lance enfin dans un déluge d’effets spéciaux Magnifiques, le facieste de King Kongest génial et la gestuelle impréssionnante ( Ah oui j’oublié c’est Andy Serkis qui par Motion Capture joue le « rôle » de Kong comme il l’avait fait pour Gollum dans la trilogie Seigneur des anneauxet je dis CHAPEAU Mr Serkis ). Puis le fameux combat entre Kong et deux Tyranosaurus Rex en met pleins les yeux tant l’intensité est forte ( quelque part y pas de match mais il les a explosé ^^ ) et aussi une scène dans la version longue ( qui d’ailleurs n’apporte rien de bien intéressant ), et la scène oùKong débarque en ville…

La relation Anne etKong est vraiment superbe, les scènes de moquerie entre ces deux personnages quand Anne jongle ou quand elle se tient sur sa canne et que King Kong la fait tomber avec son doigt et qu’il se met à rire ( même moi je riais ) et c’est d’ailleurs toute la beauté de ce film, cette sorte d’histoire d’amour entre un gorille de 10 mètres et d’une femme belle comme un couché de soleil, aussi incroyable soit-elle est tout à fait crédible. Du moment où il la voit au moment du building on s’attache à cette grosse boule de poils trop attachante. d’autan plus qu’elle aussi c’est amouraché de lui, il a beau être énorme il en ai pas moins attendrissant.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Donc King Kong se fait endormir à l’aide de Chloroforme, un peu gros mais bon on accepte cette dérive, et il est emmené en ville un New-York des années 30 retranscrit à la perfection. Puis il est exposé genre une bête de foire mais bon garder un gorille de 10 mètres même attaché par des chaînes ça ne le fait pas. Mais le gorille n’a qu’une seule obsession c’est de retrouver Anne et il y met tout son coeur détruisant tout sur son passage, et s’enfuit avec elle tout en haut de l’Empire State Building avec des biplans qui lui tirent dessus jusqu’à la chute finale de King Kong est son regard de fou qu’il lance à Anne.

Et voilà 3h15 après le film se termine et on a envie de le regarder encore une fois mais la raison l’emporte il est tard. A conseiller d’urgence et attention on tombe vite sur le charme de cette grosse bêbête ( tiens y a pas des peluches sur Ebay ^^ ).

Pari réussi pour Peter Jackson qui a toujours voulu depuis sa première vision refaire ce film à son image…

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

http://www.dailymotion.com/video/x5zzt

12345