Somewhere over the rainbow

Voila un film qui est lui aussi tout aussi magnifique j’ai nommé : A la rencontre de Forrester avec Sean Connery et l’excellent Rob Brown.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image de prévisualisation YouTube

A seize ans, Jamal Wallace, un prodige du basket-ball, entre par effraction dans un appartement que les rumeurs disent habité par un ermite. Ayant entendu un bruit, il prend ses jambes à son cou et en oublie son sac à dos avec ses livres dedans. L’ermite le lui rend. Mais Jamal constate que les textes qu’il a écrits ont été corrigés et commentés.
Celui-ci, intrigué, part à la rencontre du vieil homme, qui s’avère être William Forrester, un célèbre écrivain qui a disparu après la publication de son premier roman. Ce romancier solitaire et asocial a découvert chez Jamal un don pour l’écriture et accepte de lui enseigner en privé l’art de la plume. Au cours de ces leçons particulières, une amitié s’installe entre eux. Jamal se découvre une passion pour la littérature, mais il est bientôt amené à choisir entre poursuivre sa carrière de basketteur et se consacrer pleinement à l’écriture.

 

Image de prévisualisation YouTube

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Un film de Gus Van Sant porté par Deux Acteurs d’exceptions et par une bande originale de toute beauté. Mais surtout un final à faire dresser les poils quand le personnage joué par Sean Connery arrive devant le Boss et lui lit le texte de Jamal devant toute une assemblée de gens compétants. Bref un film génial qui se vaut d’être vu surtout si l’on aime le bon cinéma indépendant et que les gros budgets nous font mal à la tête.

 

Le film est remarquablement bien interprété : face au monument Sean Connery (…), le tout jeune Rob Brown ne se démonte jamais et le duo de ces deux acteurs est vraiment un régal.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Une histoire magnifique de partage entre un ancien cultivé voulant partager son savoir et un jeune homme plein de potentiel intelectuel maius qui se focalise sur le sportif. Cette étrange relation obnubile parfaitement les 2 personnages et est rretranscrit de très belle manière par des plans émouvants. Le personnage de Sean Connery nous rappel étrangement J. D. Salinger. Est ce un souhait du réalisateur de vouloir espéré une telle histoire avec ce romancier qui se cloitre depuis tant d’année?

 

Quoi de plus beau qu’une future révélation littéraire, d’une ancienne complétement oublié et que l’on redécouvre, et d’une que l’on balaye par la force et le pouvoir de quelques mots? C’est la question dont la réponse est « A la rencontre de Forrester« , le film de Gus Van Sant. Il nous raconte justement la rencontre entre un jeune noir banlieusard US, Jamal Wallace, mais à l’intelligence surdéveloppée, qui doit se battre contre les apprioris des autres sur sa couleur; et un vieil écrivain, William Forrester, oublié de tous sauf de Jamal, qui vit comme un ermite, qui est tout sauf symphatique et accueillant, mais qui reste curieux des jeunes basketteurs de son quartier. Après un pari débile, genre « cap’/pas cap’ », s’ensuit une confrontation ermite-écrivain/basketteur-littéraire. Ce-dernier faisant fondre, au fil et à mesure du film, la barrière de glace de l’écrivain, et le premier, réussissant à faire admettre celui qui deviendra son protégé, comme un gosse qui est aussi intelligent (voir plus) que la plupart de ses camarades ou professeurs ( par exemple le vieux prof qui n’a jamais réussi à publier et qui n’a de cesse de le descendre) et surtout comme un garçon qui est comme les autres. Ascension d’une vie pour Jamal et acceptation de la sienne par Forrester, ce film nous donnerait presque envie de prendre la plume à notre tour, et nous laisse à la fin de jolies petites larmes sur la joue pour l’amitié que l’on ressent pour les deux protagonistes, différent en tous points, ainsi que pour la tristesse à l’annonce du départ de l’écrivain. A remarquer, le passage éclair de Matt Damon en avocat at the end, qui est des plus touchants, tellement… que l’on ne s’arrête de pleurer qu’à la fin du générique…après avoir souri de tendresse pour Jamal.  » A la rencontre de Forrester  » est un film qui nous dit alors  » garde espoir surtout, la vie continue, tu es quelqu’un d’exceptionnel! « . A chacun de nous de l’être…dixit Forrester. ( Allociné )

 

Même s’il n’atteint pas son comparateur ( le Cercle des poêtes disparus )  » Oh, captaine, mon capitaine  » ce film a su trouver sa place parmis les grands classiques du cinéma ( à mon goût ) et surtout comme je l’ai dit aidé par une musique de toute beauté.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Bon film ^^

 


5 commentaires

  1. caval dit :

    il est passé hier sur arte….mais j’ai préféré Auteuil dans « après vous » avec José Garcia !…mauvais choix ?

  2. starling dit :

    je suis d’accord, film terrible, j’aime particulièrement la scène avec la BMW… Sinon, après Will Hunting, je pense que le film n’a pas eu la place qu’il méritait mais, ça n’empêchera pas les gens de le regarder et de l’apprécier!

  3. véro dit :

    Bonsoir Seb,
    Je l’ai regardé suite a tes conseils et une fois de plus je n’ai aucun regret. Une tres belle histoire (je cache pas que les larmes etaient là aussi) et cette chanson de fin hummm j’adore. Encore un beau film découvert grace a toi, merci…
    Véro

  4. jenny dit :

    Bonjour, j’ai aussi adoré ce film plein de tendresse que je viens de voir. Je cherche en vain le titre et chanteur de « Somewhere over de rainbow », musique de fin dur le générique. Peux-tu m’aider ? merci

  5. Sébastien dit :

    le version de ce fil c’est Israel Kamakawiwo Ole je crois
    sinon sur youtube tatp e somewhere on the raibaow et tu auras pliens de versions differentes

Répondre

Vous devez etre logué pour commenter.