Archive pour 10 août, 2008

R.I.P Mister Bernie Mac

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

On vient d’apprendre par le Chicago Sun Times le décès ce matin de Bernie Mac. Le comédien avait été hospitalisé depuis le premier août dernier pour une pneumonie. Si on ignore les causes réelles de sa mort, le lendemain de son hospitalisation, des bruits laissaient entendre que son état était jugé critique par les médecins. Il avait seulement 50 ans.

Connu dans nos frontières pour avoir participé aux vols de gros sous orchestré par la bande de Ocean dans Ocean’s Eleven et ses deux suites, Bernie Mac fut une personnalité comique célèbre aux Etats-Uni avec son sitcom « The Bernie Mac Show ».

Il venait juste de finir ses prises de vues des films Old Dogs et Soul Men et l’enregistrement de sa voix pour Madagascar 2.

 

Image hébergée par servimg.com

Heath Ledger ,( The Dark Knight ): Un Joker parmis les étoiles

Il a réussi ce que si peu d’acteurs sont parvenus à faire avant lui : faire oublier sa belle gueule pour mieux imposer son talent. Il a mené une courte carrière en dents de scie jusqu’à Brokeback Mountain: le prix à payer pour ne jamais se répéter et faire le différence. ( Source Cinélive )

Image hébergée par servimg.com

Il a passé ces dernières années à décoller son étiquette de beau gosse pour obtenir un statut d’acteurs sérieux. Au début de sa carrière, il s’amusait, donc il s’en fichait. Jusqu’à ce que des producteurs le mettent en haut d’une affiche et qu’il réalise qu’il voulait bien y arriver, en haut de cette affiche, mais pour son talent et non pour des raisons commerciales.

Hollywood lui donne une vraie chance en 1999 avec  » 10 bonnes raisons de te larguer « . Ce film met aussitôt l’acteur sur le marché mais seulement des comédies pour ados, que Heath Ledger refuse en bloc, attendant un personnage plus consistant comme celui du fils de Mel Gibson dans  » The patriot, le chemin de la liberté « , qui le ménera ensuite au rôle titre de  » Chevalier « . Le comédien voit alors son portrait en grand sur l’affiche et panique : « j’avais le sentiment qu’on me servait une carrière sur un plateau alors que je ne la méritais pas, admettra-t-il plus tard. J’ai décidé de faure marche auurière et de recommencer depuis le début pour avoir une carrière que j’aurais choisie. J’avais besoin de faire de mauvais films et de faire des films intéressants mais non liés à un succés assuré au box-office. Je voulais presque que mes films ne gagnent pas d’argent. Je voulais qu’on m’oublie, avoir du temps et prendre du recul .« 

Son voeu est exaucé, mieux qu’il ne l’espérait car ne suivront que des flops, des  » frères du désert  » aux  » Frères Grimm  » en passant par  » le Purificateur  » . Seul son rôle secondaire mais complexe dans  » A l’ombre de la haine » en 2001, prouvera aux plus sceptiques qu’il sait jouer. Mais pour le confirmer, il devra attendre 2005 et son cow-boy gay du  » Secret de Brokeback Mountain « . A ceux qui lui disent que ce rôle est risqué pour sa carrière, il répond :  » Quelle carrière ? « 

Ce film est pour lui autant un défi personnel qu’un défi d’acteur et il avouera qu’il lui a donné le sentiment d’accomplir quelque chose, sentiment qui lui manquait avec les films précédents. Le rôle lui vaut une nomination à l’Oscar et le place en tête de liste pour de futurs blockbusters. Il préfère les petits films indépendants comme  » I’m not there  » où il incarne l’une des facettes de Bob Dylan.

Papa, fin 2005, d’une petite mathilda, Heath Ledger ralentit son activité alors que les propositions affluent. il veut profiter de sa fille et estime qu’un rôle doit vraiment valoir la peine pour la laisser quelques mois. Le Joker de  » The Dark knight, le chevalier noir  » le sortira ainsi temporairement de sa paternité tout comme ce qui s’avérera être son dernier film,  » The Imaginarium of Doctor Parnassus  » de Terry Gilliam qu’il n’a pas pu terminer.

Heath Ledger aimait dire qu’il se laissait porter par la vie. La mort l’a rattrapé. A 28 ans. A cause d’une overdose de médicaments. Un accident.