Archive pour 15 mars, 2008

Critiques d’ « angles d’attaque « 

Critique DvdRama ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Le film choral est une forme cinématographique qui en soi à une fâcheuse tendance à être, dans son concept, casse-gueule. Soit parfaitement maîtrisé, chaque personnage étant un élément thématique fort apportant à l’intrigue ( Pulp Fiction par exemple ) ou gentiment foiré comme lorsque l’ensemble du casting compose plus un groupe de seconds rôles que de véritables points d’encrages. Par chance, Pete Travis, le réalisateur d’Angles d’attaque, a réfléchi un minimum à tout ce qu’impliquait une multitude de protagonistes et offre, grâce à une forme narrative complexe, une osmose totale entre les personnages qui n’auront de cesse de se dévoiler, se révélant toujours un petit peu plus même si l’empathie qui les lie aux spectateurs doit être ébranlée. En déjouant certains pièges et en offrant un groupe de protagonistes riche, il retombe malheureusement dans certains clichés qui laisseront ce Vantage Point à l’état de film-concept un peu comme le Memento de Nolan, certes réussi et fort agréable, prouvant sans cesse la maîtrise de son réalisateur, mais qui ne pose pas le film comme une oeuvre à redécouvrir sans cesse : le genre de film que l’on voit une fois, l’intérêt ne reposant que sur l’éclaircissement, sans pour autant le considérer comme twist à proprement parler.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

(suite…)

L’encyclopédie du savoir Relatif et Absolu … par Bernard Werber ! ! !

Les trois passoires :

Un homme vint un jour trouver Socrate et lui dit :

-Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ?

-Un instant, répondit Socrate. Avant que tu ne me racontes, j’aimerai te faire passer un test, celui des trois passoires.

-Les trois passoires ?

-Avant de me raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce qu’on va dire : c’est ce que j’appelle le Test des trois passoires. La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?

-Non. J’en ai simplement entendu parler…

-Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité. Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?

-Ah non ! Au contraire.

-Donc, continua Socrate tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’est pas certain de leur véracité. Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l’utilité. Est-il utile que tu m’apprendras ce que mon ami aurait soi-disant fait ?

-Non. Pas vraiemnt.

-Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?

Aliens Vs Predator 3 …

Bon en ce moment j’ai remarqué que je prenais des news cinéma sur DvdRama d’un bloggeur chez qui je vais tous les jours et j’avoue il assure alors pour ne pas changer en voici une autre . Donc je lui dis désolé et MERCI.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Les joyeuses goules du site shocktillyoudrop.com viennent de révèler que, selon l’une de leurs sources infiltrées chez la 20th Century Fox, un troisième crossover entre les deux plus belles créatures de la science-fiction – l’Alien et le Predator, pour ceux qui ne suivent pas – va « très certainement » se faire. Une nouvelle qui ne nous étonne même pas, le film de Colin Strause et de son frère Greg ( anciens spécialistes des effets spéciaux qui signaient là leur premier film, rappelons-le ) étant largement rentré dans ses frais – on parle de 130 millions de dollars sur le monde – et s’apprêtant à engranger encore un peu plus de capitaux avec sa sortie prochaine en dvd ( le 15 avril en zone 1, et aux alentours du mois de juin dans nos contrées ).

Légèrement meilleur que le film de Paul Anderson, Aliens vs Predator Requiem n’en a pas pour autant convaincu les fans du genre, la faute à – entre autres – un traitement peu respectueux de ses monstres sacrés et une présence humaine plus qu’exaspérante. Il n’empêche que le film présentait certaines pistes très intéressantes et que l’on aurait aimé voir être plus creusées, comme la planète et la société des predators. Exactement ce dont parlaient les frères Strause quand ils évoquaient cet hypothétique troisième volet, les réalisateurs désirant enfin situer cet affrontement dantesque dans l’espace, après l’Arctique et la forêt américaine.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Alors, est-ce que nous allons enfin avoir le Alien vs Predator dont nous rêvons depuis toujours, un film à la limite du muet avec juste les belliqueux extra-terrestres qui se mettent joyeusement sur la tronche ? Et la planète d’origine des aliens, tant que nous y sommes ? Rien n’est moins sûr puisque, même si aucune annonce officielle n’a été faite, les frères Strause devraient logiquement retourner derrière la caméra. Espérons que, si c’est le cas, ils parviennent à nous surprendre et à nous offrir le film que l’on attend depuis plus de 20 ans !
 

Un Peter Jackson ??

The lovely bones ! ! !

Réalisé par Peter Jackson avec Rachel Weisz, Mark Wahlberg, Saoirse Ronan, Stanley Tucci, Susan Sarandon, Michael Imperioli

L’histoire commence fort mal : une jeune fille prénommée Susie est violée puis tuée par un de ses voisins dans un champ de maïs. Son assassin échappe à la police et sa famille sombre dans une profonde tristesse jusqu’à éclater sous le poids du chagrin. Sa mère part s’installer loin des siens après avoir essayé, en vain, de fuir la douleur dans la débauche et l’adultère, son petit frère, Buckley, et sa soeur, Lindsey, sentent naître en eux une terrible révolte tandis que son père erre à la recherche du bourreau de sa fille.

Mais heureusement, Susie veille sur les siens. Elle est au Paradis en effet et c’est par elle que le lecteur découvre toute cette histoire difficile, qui est donc racontée depuis le début avec la compassion d’une jeune fille qui voit sa famille en proie à la douleur, mais aussi avec la quiétude de ceux qui reposent dans l’au-delà.