Critique de  » Redacted « 

Critique Cinéma-france  ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Brian De Palma revient après l’échec de son dernier film Le Dahlia noir et propose Redacted, Revu et Corrigé en français. Pas si nouveau, le film est un remake de son film « vietnamien » Outrages sorti en 1989. Le réalisateur déplace le contexte, et met à profit 20 ans d’évolution technologique et médiatique, pour bouleverser du tout au tout son ancienne mise en scène consensuelle, classique et hollywoodienne.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Outrages dénonçait certaines conséquences de la guerre ; Redacted, avec sa virulente force de frappe, lui répond avec toute l’amertume du réalisateur. En trente ans, rien n’a changé et Brian De Palma utilise désormais tout l’arsenal médiatique dont il dispose pour nous le faire comprendre. Docu-fiction, reportage, téléphones portables, vidéos de télésurveillance, blogs internet, il multiplie les points de vue et atterrit au-delà du film choral, inventant le Film Panorama. Le choc est brutal.

Des soldats américains violent une jeune irakienne de 15 ans, les personnages et les évènements sont fictifs bien qu’ils soient totalement basés sur des faits réels et avérés. Eh si, hélas. Très largement documenté, Brian De Palma n’a parfois seulement eu qu’à recomposer des vidéos de soldats pour outrepasser des problèmes de droit ou de morale. Un film faux, un film vrai, un film où la frontière entre réalité et fiction est flouée par la vision panoramique qu’il propose. Une vision utilisé avec malice pour vous clouer littéralement sur notre siège, car non, on ne ressort pas indemne de ce Redacted.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Loin d’être une simple critique de la guerre, Redacted explore les bas fonds de la presse actuelle. Métamorphosé en Sally, un jeune étudiant en cinéma, Brian De Palma explore, comme un jeune premier, un art qui a tout à apprendre de la technologie qui l’environne. Et il s’en sert pour mitrailler la manipulation médiatique qui sévit actuellement aux Etats-Unis mais aussi en Europe. Prenant exemple sur les thèses fondamentales de l’œuvre de Peter Watkins, il les dépasse et les anéantit à chaque changement de point de vue…délicieuse et fine mixture qui crée un nouveau pont entre cinéma, téléréalité, téléphonie mobile et Internet.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Que devient la place du spectateur ? Entre voyeurisme, information et manipulation Redacted questionne sans cesse le spectateur sur sa condition. On peut reprocher au film son aspect parfois facilement théâtral, sa bande-son hâtive et son mélodrame sensationnaliste, mais on ne peut aussi que s’incliner devant les nouvelles portes qu’ouvrent Redacted. Incroyablement dans l’air du temps, il devient une immersion à l’intérieur de ce que survolait Outrages, et en véritable leçon de cinéma, Brian De palma justifie maintenant ce qu’il présente avec un fatalisme très perturbant… ce dont il retourne devient logique et absurde, inévitable et terrifiant ; la bêtise humaine, rien de moins. Dans les dents.

En multipliant les points de vue et en montrant ce qu’il ne faut pas montrer, Brian De Palma va bien au-delà d’une simple critique de la guerre, il discute de la place du spectateur et des nouvelles possibilités qu’offre le cinéma actuel. Un ovni cinématographique intense, efficace, sensationnel, et novateur.

http://www.dailymotion.com/video/x4artc

http://www.dailymotion.com/video/x4artr