Archive pour mars, 2008

Que de belles photos de Iron man …

Voici quelques clichés de Iron Man trop d’attente humm ^^

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Rumeurs quand tu nous tiens …

Jason Bourne 4 :  En voyant la fin de La vengeance dans la peau, on s’en doutait un peu mais c’est officiel, il y aura bel et bien un quatrième épisode sous la houlette de Paul Greengrass avec toujours Matt Damon.

Benjamin Gates 3 : Un rumeur sur laquelle cette fois Benjamin Gates s’intéresserait à l’Atlantide, non loin de l’île de Pâques. Coolll.

Cars 2 : Pixar compte faire une suite à Cars hummm.

Transformers 2 : Et oui j’en avait déjà parler mais Michael Bay va donner une suite à son film qui est déjà annoncé truffé de nouveaux robots trop beaux.

Spin-Off Jack Sparrow :  Et oui Jack Sparrow pourrait faire l’objet d’un spin-off à lui tout seul.

Léonardo DiCaprio : Il jouera aux côtés de Mark Wahlberg dans un biopic sur Jon Roberts un famous dealer de drogue. Wahlberg interpretera le trafiquant et DiCaprio son pilote.

Ronald Reagan : Après JFK, Bush et Nixon ce serait au tour de Reagan de faire l’objet d’un biopic et sous la caméra de Ridley Scott please. Le réalisateur  ciblera au plus près les relations tendues entre l’ancien acteur et Gorbatchev ainsi que le sommet de Reykjavik de 1986.

Critique de  » Disco « 

CinémaFrance ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Fabien Onteniente est le spécialiste de la comédie française pour la masse , il nous en livre ici une nouvelle, Disco. Alors, après la jet-set, le foot, les campeurs, on se retrouve dans le petit monde des nostalgiques de la période disco. Si, il y en a. Mais si, on vous dit. C’est donc l’histoire de Didier Graindorge qui vit encore chez sa mère à quarante ans et qui aimerait bien payer des vacances à son fils Brian – qui vit en Angleterre avec sa mère. Ca tombe bien, son copain Jackson, propriétaire d’une boîte disco, organise un concours de danse ; 1er prix : un voyage pour deux en Australie. Didier reforme donc les Bee Kings avec ses copains Neuneuil, vendeur chez Darty, et Walter, docker syndiqué en plein mouvement de grève. Attention, Didier Travolta revient et ses acolytes reviennent …

On le comprend vite : Disco, c’est le règne du has-been interprété par Franck Dubosc ; mais c’est aussi le règne DE Franck Dubosc. La première partie du film n’est qu’avec lui, et ses gesticulations nous empêchent d’oublier l’acteur pour voir le personnage ; c’est tout bonnement impossible. On craint le pire : Fabien Onteniente n’aurait-il fait qu’un one-man-show en décor et « costumes » ? Puis la situation s’améliore, le film évolue, les autres personnages prennent plus d’importance, et Dubosc arrive enfin à céder la place à Didier Graindorge dit Travolta – avec quelques difficultés tout de même. On sera au passage terriblement admiratif d’Emmanuelle Béart, qui a une présence à l’écran remarquable au milieu de tout ce bazar et nous rappelle qu’on est bien au ciné et pas dans un sketch. Ouf, on avait tendance à l’oublier.

Parce que Franck Dubosc est un comique, pas un acteur, et c’est ce que crie chaque scène ou presque. Bien sûr, il n’en est pas à ses débuts au ciné mais tant qu’on lui confie un petit rôle, il est limité et peut se permettre de sur-jouer et d’employer l’image de lui qu’on a à travers ses sketchs : après tout, c’est pour ça que les réalisateurs le choisissent. Pour un premier rôle, par contre, c’est mauvais. Finalement, Dubosc au ciné, c’est le même personnage que sur scène, le même rôle même pas décliné, simplement copié/collé dans les différents univers des films.

Il faut reconnaître à Disco d’avoir su rester correct. L’humour est bon enfant, jamais vulgaire mais sans aucune tendresse non plus. Quant à la finesse, ce n’est même pas la peine d’en chercher, il n’y en a pas. La construction du film est ultra-classique, suivant, dans l’ordre, la présentation des personnages, l’évolution positive, le coup du grain de sable qui fait faire marche arrière, et le redémarrage de la machine. Fabien Onteniente connaît la recette « comédie française de base » et l’applique avec rigueur, sans la moindre innovation, tout en enchaînant clichés volontairement appuyés (c’est censé rire des années disco) et moments de pseudo-émotion qui ne sonnent pas toujours très juste. On avait aussi pu croire un instant un vague fond social – après tout, au moins avec la grève … Eh bien non. Elle n’est là que pour servir de support à des situations « comiques ». Tant pis.

Disco, avec son humour facile et les singeries de son acteur principal, plaira aux ados, à ceux qui ont connu les années disco et aux fans inconditionnels de Dubosc. Les autres seront sans doute trop énervés par la technique « je tire la couverture sur moi » du comique improvisé acteur pour pouvoir apprécier le film. On appréciera quand même la vague progression par rapport à Camping : Disco a un peu plus de tenue et de continuité.

Disco est une comédie française ultra traditionnelle qui ne sort pas des sentiers battus. La présence écrasante de Franck Dubosc a tendance à déséquilibrer le film et l’humour semble sorti tout droit de l’un de ses sketchs.

Tekken au Cinéma c’est confirmé ! ! !

Tekken le film ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

L’adaptation tant attendue du jeu vidéo Tekken au grand écran va bon train. Plusieurs acteurs et d’experts en arts martiaux ont été engagés pour jouer dans ce film qui sera réalisé par Dwight H. Little ( Rapid Fire ).

Le long-métrage devrait sortir au début de 2009. Les noms des comédiens viennent d’être confirmés officiellement.

Kelly Overton joue Christie ; Luke Goss ( Hellboy ), Steve Fox tandis que Gary Daniels ( City Hunter ) campe Bryan Fury. Candice Hillebrand ( Resident Evil: Apocalypse ) est de son côté Nina Williams. Cary-Hiroyuki Tagawa ( Mortal Kombat ) prend les traits de Mishima ; Darrin Henson ( Stomp the Yard ) ceux de Raven et Ian Anthony Dale, ceux de Kazuya. Cung Le personnifie Marshall Law; Marian Zapico, Anna Williams et le combattant extrême Roger Matador Huerta: Miguel Rojas.

Le cascadeur et acteur Jon Foo joue de son côté Jin Kazama. Il avait notamment tourné dans  The Protector.

Cyril Raffaelli ( Die Hard 4 ) a chorégraphié les combats.

Alan McElroy fait partie des scénaristes associés à ce long-métrage de Crystal Sky Pictures. ( source Showbizz Cinéma )

Mike Myers en guru trop fort ce type . . .

The love Guru ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Avec  en vedette Jessica Alba, Justin Timberlake, Ben Kingsley, Meagan Good. Le film coécrit par Myers et Graham Gordy, The Love Guru suivra Pitka ( M. Myers ), un américain qui a été laissé à la porte d’un ashram en Inde alors qu’il n’était qu’un jeune enfant et qui a été élevé par des gourous. Il reviendra en Amérique dans l’espoir de trouver la gloire et la fortune dans le monde de l’entraide et de la spiritualité. On lui demandera ensuite d’aider le joueur des Maple Leaf de Toronto Darren Roanoke et sa femme. Les deux sont en brouille.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Lorsque l’épouse du sportif commencera à fréquenter Jacques Grande des Kings pour se venger, la qualité du jeu de Roanoke en souffrira grandement. La propriétaire des Leafs et l’entraîneur feront appel au gourou pour aider leur joueur à retrouver le bonheur dans son mariage afin que son jeu puisse s’améliorer.

Voici la bande annonce ^^

http://www.dailymotion.com/video/x4lucp

SPOILERS ENORME sur la prochaine saison de Prison Break …

A ne lire que si vous voulez savoir lol c’est tentant hein mais j’avoue c’est un Spoiler ENORMe moi je l’ai lu et et faite c’est pas étonnant venant des scénaristes américains car …

(suite…)

L’encyclopédie du savoir Relatif et Absolu … par Bernard Werber ! ! !

Apothéose :

L’Apothéose est l’acte qui consiste à métamorphoser un être humain en dieu ( théos ).

En Égypte, les pharaons considéraient que leurs prédécesseurs devenaient des dieux après leurs morts.  Ils pratiquaient donc la cérémonie d’Apothéose. Ce qui était pratique puisque cela leur permettait de se prétendre de leur vivant, eux-mêmes ,  » futurs dieux « .

En Grèce, le passage d’humain à dieu était une manière de transformer les héros fondateurs des villes en divinités aux pouvoirs magiques, ce qui augmentait le prestige des-dites cités. ( par exemple, Héraclès, simple mortel devient dieu et donne son nom à la ville d’Héraklion ). Alexandre le Grand reçut l’Apothéose à sa mort. Cet honneur fut même parfois accordé à des artistes comme Homère. Pour les romains de l’Antiquité, l’Apothéose suivait un rite particulier. Un cortège était formé de sénateurs, de magistrats, de pleureuses professionnelles, d’acteurs portant les masques des ancêtres, et d’un bouffon imitant le comportement du défunt. Avant de mettre le corps sur le bûcher on amputait le cadavre d’un de ses doigts pour qu’il reste quelque chose de lui sur Terre.

Puis le corps était incinéré et un aigle lâché pour servir de psychopompe et transporter l’âme du défunt vers le Royaume des dieux.

Jules César fut le premier Romain à recevoir son Apothéose officielle juste après son assassinat en 44 avant J.-C. Par la suite le sénat romain accorda l’Apothéose à tous les autres empereurs qui suivirent. Dans le domaine de la peinture et de la sculpture l’Apothéose est un thème récurent censé représenter la réception d’un homme parmi les dieux.

12345...18