L’encyclopédie du savoir Relatif et Absolu … par Bernard Werber ! ! !

De l’importance du deuil :

De nos jours, le deuil tend à didparaître. Après un décès, les familles s’empressent de reprendre de plus en plus tôt leurs activités habituelles.

La disparition d’un être cher tend à devenir un événement de moins en moins grave. La couleur noire a perdu ses pérogatives de couleur du deuil par excellence. Les stylistes l’ont mise à la mode en raison de ces vertus amincissantes, dinc chics.

Pourtant, marquer la fin des périodes ou des êtres est essentiel à l’équilibre psychologique des individus. Là encore, seules les sociétés dites primitivent continuent à accentuer l’importance du deuil. A Madagascar lorsque quelqu’un meurt, non seulement tout le village interrompt ses activités pour participer au deuil, mais on procède à deux enterrement. Lors des premières funérailles, les corps est enterré dans la tristesse et le recueillement. Puis plus tard, est organisé une cérémonie du  » retounement des corps « .

Ainsi, la perte est doublement acceptée.

Il n’y a pas que les décès. Il y a aussi les  » événement de fin «  : quitter un travail, quitter une compagne, quitter un lieu de vie.

Le deuil constitue dans ces cas une formalité que beaucoup estiment inutile et qui pourtant ne l’est pas. Il importe des marquer les étapes.

Chacun peut inventer ses propres rituels de deuil. Cela peut aller du plus simple: se raser la moustache, changer de coiffure, de style d’habillement, au plus fou : faire une grande fête, s’enivrer à en perdre la tête, sauter en parachute…

Lorsque le deuil est mal accompli, la gêne persiste comme une racine de mauvaise herbe mal arrachée. Peut-être faudrait-il enseigner l’importance du deuil à l’école. Cela épargenrait sans doute à beaucoup, plus tard,des années de tourmant.

 

Mariage de raison :

 » Vous serez unis pour le meilleur et pour le pire jusqu’à .. ce que le manque d’amour vous sépare  » Réaliste