Archive pour 10 février, 2008

BoosterBlog ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

http://www.boosterblog.com

L’encyclopédie du savoir Relatif et Absolu … par Bernard Werber ! ! !

Ayant lu une nouvelle fois ce bouquin pleins d’informations dans des domaines aussi étranges ou complémentaires que : Les grandes énigmes du passé, les casse-tête mathématiques, les paradoxes de la physiques quantique … bref de choses plus ou moins intéressantes ( j’en ai choisi plusieurs ). Donc Bernard Werber arrive sur mon blog ….

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

La Loi de Parkinson :

La loi de Parkinson ( rienà voir avec la maladie du même nom )veut que plus une entreprise grandit, plus elle engage des gens médiocres et surpayés. Pourquoi ? Tout simplement parce que les cadres en place veulent éviter la concurrence. La meilleure manière de ne pas avoir de rivaux dangereux consiste à engager des incompétents. La meilleure façon de supprimer en eux toute velléité de faire des vagues est de les surpayer. Ainsi les castes dirigeantes se trouvent assurées d’une tranquillité permanente. A contrario, selon la loi de Parkinson tous ceux ayant des idées, des suggestions originales ou des envies d’améliorer les règles de la maison seront systématiquement éjectés. Ainsi, paradoxe moderne, plus l’entreprise sera grande, plus elle sera ancienne, plus elle entrera dans un processus de rejet de ses éléments dynamiques bon marché, pour les remplacer par des éléments archaïques onéreux. Et cela au nom de la tranquilité de la collectivité.

 

Thomas More :

Le mot  » Utopie  » a été inventé en 1516 par l’anglais Thomas More. Du grec µ, préfixe négatif, et topos, endroit,  » Utopie  » signifie donc  » qui ne se trouve en aucun endroit « .

Thomas More était un diplomate, un humaniste ami d’Erasme, doté du titre de chancelier du royaume d’Angleterre. Dans son livre intitulé Utopie, il décrit une île mystérieuse qu’il nomme précisément Utopie et où s’épanouit une société idyllique qui ignore l’impôt, la misère, le vol. Il pensait que la première qualité d’une société  » utopique  » était d’être une société de  » liberté « .

Il décrit son monde idéal : Cent mille personnes vivantsur une île. Les citoyens sont regroupés par familles. Trente familles constituent un groupe qui élit un magistrat, le Syphogrante. Les Syphograntes forment eux-mêmes un conseil, qui élit un gouverneur à partir d’une liste de quatre candidats. Le prince est élu à vie, mais s’il devient tyrannique on peut le démettre. Pour les guerres l’île d’Utopie emploie des mercenaires, les Zapolètes. Ces soldats sont censés se faire massacrer avec leurs ennemis pendant la bataille.  Ainsi l’outil se détruit dès l’usage. Aucun risque de putsh militaire. Sur Utopie il n’y a pas de monnaie, chacun se sert au marché en fonction de ses besoins. Toutes les maisons sont identiques. Il n’y a pas de serrures aux portes et chacun est contraint de déménager tous les dix ans afin de ne pas se figer dans ses habitudes. L’oisiveté est interdite. Pas de femmes au foyer, pas de prêtres, pas de nobles, pas de valets, pas de mendiants. Ce qui permet de réduire la journée de travail a six heures. Tout le monde est tenu d’accomplir un service agricole de deux ans pour approvisionner le marché gratuit. En cas d’adultère ou de tentative d’évasion de l’île, le citoyen d’Utopie perd sa qualité d’homme libre et devient esclave. Il doit alors travailler beaucoup plus et obéir à ses anciens concitoyens.

Disgracié en 1532 parce qu’il désavouait le divorce du roi Henri VIII, Thomas more fut décapité en 1535.

 

Sollicitation paradoxale :

Alors qu’il avait sept ans le petit Ericsson regardait son père qui essayait de faire rentrer un veau dans une étable. Le père tirait fort sur la corde mais le veau se cabrait et refusait d’avancer. Le petit Ericsson éclata de rire et s emoqua de son père. Le père lui dit :  » Fais mieux, si tu te crois plus malin « . Alors il eut l’idée, plutôt que de tirer sur la corde, de faire le tour du veau et de tirer sur sa queue. Aussitôt, par réaction, le veau poussa en avant et entra dans l’étable.

Quarante ans plus tard, cet enfant inventait  » l’hypnose éricssonnienne « , une manière d’utiliser la sollicitation douce et la sollicitation paradoxale afin d’amener les patients à mieux se porter. De même, on peut vérifier quand on est parent que, si son enfant tient sa chambre désordonnée et qu’on lui demande de la ranger, il refusera. En revanche, si on aggrave le désordre en apportant plus de jouets et de vêtements et si on les jette n’importe où, l’enfant dira :  » Arrête papa, ce n’est plus supportable, il faut ranger « .

Si on considère l’histoire,  » la sollicitation paradoxale  » est utilisé consciemment ou inconsciemmenten permanence. Il  a fallu les deux guerres mondiales et des millions de morts pour inventer la SDN puis l’ONU. Il a fallu des excés des tyrans pour inventer les Droits de l’homme. Il a fallu Tchernobyl pour prendre conscience des dangers des centrales atomiques mal sécurisées.

 

Voilà pour aujourd’hui trois petites informations que j’ai choisi après ça plait ou ça plait pas le principal c’est que moi j’aime ça ^^

Nicolas Cage en tueur à gages ça promet …

Bangkok Dangerous ! ! !

Shoot ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Nicolas Cage qui joue les flingueurs en Thaïllande dans le remake d’un polar asiatique, c’est Bangkok Dangerous. Le scénario à la Crying Freeman presque ^^, un tueur professionnel part à Bangkok en mission. Il rencontre alors une jeune femme dont il tombe amoureux.

Voici le trailer ( en espagnol mais le principal ce sont  les images ).

 

(suite…)

Jumper de Doug Liman

Jumper ! ! !

NOTE : 5/10 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

20 Février 2008

Un film réalisé par Doug Liman avec Hayden Christensen ( Dark Vador ^^ ) , Samuel L. Jackson et Diane Lane. Jumper est l’adaptation d’une nouvelle de Steven Gould sortie en 1992, lauréat de nombreux prix. La nouvelle a eue une suite en 2004 nommé Reflex.

La production aurait prévu de faire une trilogie autour de l’univers de Jumper. Une habitude pour Hayden Christensen, héros de la prélogie Star Wars… —>

 

(suite…)