Direction l’Orphelinat… par Guillermo Del Toro

L’Orphelinat ! ! !

05 Mars 2008

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Un film qui fait augmenter le rythme cardiaque, c’est de plus en plus rare, profitons-en

Un film produit par Guillermo Del Toro ( Le labyrinthe de Pan ), réalisé par José Antonio Bayona , un film qu ‘annonce déjà comme un phénomène….  —>

 

 

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 » Laura a passé les plus belles années de son enfance dans un orphelinat au bord de la mer, 30 ans plus tard, elle retourne sur les lieux avec son mari Carlos et son fils de sept ans Simon, avec l’intention de restaurer l’orphelinat abandonné et d’en faire un foyer pour enfants handicapés. La nouvelle demeure et le cadre mystérieux qui l’entoure réveillent l’imagination de Simon, qui se met à évoluer dans un écheveau de récits fantasmagoriques et de jeux pas si innocents que ça…

Troublée, Laura se laisse petit à petit aspirer dans l’univers étrange de son fils, qui semble résonner de l’écho lointain et dérangeant de ses propres souvenirs d’enfance. Alors que le jour d’ouverture du nouveau foyer approche, la tension monte au sein de la famille. Carlos demeure sceptique, certain que Simon a tout inventé pour attirer l’attention de ses parents. Mais Laura est intimement convaincue qu’un mystère longtemps refoulé est tapi dans la vieille maison, attendant son heure pour se révéler en pleine lumière et infliger d’épouvantables souffrances à sa famille. « 

Quelques critiques :  » Parce que, qu’on ne s’y trompe surtout pas : les sursauts et les frissons sont de ce rendez-vous qui peut pourtant aussi se lire comme un thriller psychologique. Mais ces sursauts, ces frissons, ne sont pas gratuits. Pas téléguidés. Ils sont au service d’un scénario magistralement construit, à deux voies parallèles – au spectateur de décider s’il est en présence de la folie d’une mère en deuil ou d’une femme dont la douleur a servi de clé à un monde parallèle, fantastique ou onirique « 

 » Sur un mode fantastique, avec une vaste palette d’effets spéciaux et à un rythme effréné, ce film de terreur produit des haut-le-coeur en cascade. Une sorte de montagne russe sur grand écran, qui dure une bonne heure et demie, dont la densité des sensations fortes produites est certainement à la base du succès de ce «film de genre» ayant conquis le grand public « 

Alors tentant hein…….. Puis elles sont trop belles les photos ^^

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 


Un commentaire

  1. caval dit :

    quelle angoisse cette affiche!!!!!!

Répondre

Vous devez etre logué pour commenter.