Roméro à la sauce Blair Witch…

Diary of the dead ! ! !    Romero is back, baby ! ! !

Façon Filmage-Vérité ^^

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

23 Avril 2008

Un film de George A. Roméro ( Il aimerait déjà touner une suite ^^ ) est toujours un événement, surtout celui-là qui est le cinquième épisode de la nuit de morts vivants, après La nuit des morts vivants, Zombie ( l’Armée des morts 2004 de Zack Snyder ), Le jour des morts vivants, et Land of the dead ( Le territoire des morts ) voilà Diary of the dead….   —>

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Donc ce cinquième épisode, présenté au festival du fim de Gérardmer, est très attendu des fans qui furent divisés après un Land of the dead un peu décevant, quoi qu’il en soit George A. Roméro a décidé de mettre tout le monde d’accord en filmant cet épisode façon caméra vérité ( Le projet Blair Witch, Cloverfield ), un parti prit que Roméro parvient à justifier tout au long de son film.

 » Réjouissant dans ses quelques débordements gore, oscillant à la perfection entre une thématique parfaitement exploitée (la surabondance d’informations dans le capharnaüm médiatique actuel, qui ôte aux images leur objectivité et crédibilité) et un humour féroce (avec au passage une pique aux zombies sprinters de Zack Snyder). Romero fait table rase du passé et renouvelle sa saga avec une incroyable énergie, et une envie de filmer, de dénoncer et de divertir dont ne savent plus faire preuve depuis longtemps la plupart des productions actuelles. Et on n’a pas fini d’en parler « . ( Mad Movies)

Ce qui est jouissif, c’est l’innocence roublarde de Romero qui met en scène des personnages avec un grand sens du réalisme, comme si c’était la première fois qu’ils voyaient des zombies. Avec un plaisir toujours renouvelé de l’expérience. En se contrefoutant des clichés. En fonctionnant sur tous les degrés. Une rencontre avec un fermier sourd-muet rappelle qu’il n’a rien perdu de son humour et une fin explicative (le pourquoi des zombies) pimente une oeuvre mineure et très démonstrative. Audacieuse malgré tout de la part d’un Romero pas fou et pas bègue. ( Dvdrama )

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit