Archive pour 14 janvier, 2008

Da Vinci Code ! ! !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit  Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit  Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit        

Voilà un livre que j’ai lu sans voir le temps passer, outre les 50 premières pages environs ( le temps de poser les bases ), le livre est tout simplement fantastique.

Écrit par Dan Brown, 2ème volet de la trilogie Robert Langdon,  » L’Empire des anges  » et à venir  » La clé de Salomon « , en 2003 et adapaté au cinéma par Ron Howard en 2006 ( d’ailleurs il ne faut pas voir le film après avoir lu le livre car la déception serait terrible ^^ ). —>

(suite…)

Bernard Werber ! ! !

Encyclopédie : COMPLEXE DE MR PERRICHON

Dans sa pièce  » Le voyage de Mr Perrichon « , Eugène Labiche, auteur français du XIXème siècle, décrit un comportement humain a priori incompréhensible et pourtant complètement banal. L’ingratitude.

Mr Perrichon s’adonne sur le Mont-Blanc aux joies de l’alpinisme, en compagnie de son valet, tandis que sa fille se repose dans son chalet. A son retour, il lui présente 2 jeunes gens qu’il a rencontrés dans les montagnes. Le 1er, explique-t-il, est un garçon formidable auquel lui, Perrichon, a sauvé la vie alors qu’il était sur le point de périr dans un précipice. Et le jeune homme de s’empresser de confirmer qu’effectivement, sans Mr Perrichon, à cette heure il serait mort.

Le valet presse son maître de présenter le 2ème arrivant. Celui-là, pour sa part, a secouru Mr Perrichon alors que lui-même était tombé à son tour dans une crevasse. Mr Perrichon hausse les épaules, déclare qu’il n’était pas si en grand danger que cela et juge son sauveur arrognat et prétentieux. Son récit minimise l’importance du 2ème jeune homme. Évidemment, le père incite sa fille à s’intéresser au 1er garçon, si sympathique, plutôt qu’au 2ème dont l’intervention lui apparaît de plus en plus inutile. Au point qu’il en vient même à s’interroger : a-t-elle réellement eu lieu ?

Dans cette pièce, Eugène Labiche illustre cet étrange comportement qui fait que l’homme est non seulement presque incapable de reconnaissance et de gratitude mais, pis encore, en arrive à détester ceux qui lui sont venus en aide. Peut-être par crainte de leur être désormais redevable… En revanche, nous aimons ceux que nous avons nous-même aidés, fiers de notre bonne action et convaincus de leur gratitude éternelle.

12