Archive pour 7 janvier, 2008

Bernard Werber ! ! !

Encyclopédie : AKHENATON

Il se nommait Aménophis IV mais se fit a^^eler Akhenaton, ce qui signifie  » celui qui plaît à Aton « , le dieu du Soleil. Premier pharaon monothéiste, il régna de 1372 à 1354 av. J.-C.

Les rares statues préservées qui le représentent montren un homme de heute taille, le visage oblong, les yeux en amande, le regard serein, les lèvres charnues, le menton prolongé par une barbe tubulaire. Son épouse, Néfertiti, est souvent représentée à ses côtés avec une coiffe pharaonique, prouvant que le roi lui avait octroyé un statut égal au sien. Il semblerait qu’elle ait été à l’origine de sa volonté de réforme.

Akhenaton se lança dans une politique de modernisation de la société égyptienne, créant un nouvel empire. Il détrôna la principale divinité égyptienne, Amon-Rê, dieu à tête de bélier, pour le remplacer par Aton, dieu du Soleil, dont il fit un dieu unique. Ce fut une révolution religieuse doublée d’une révolution politique.

Le pharaon enleva à la ville d’Ouaset ( plus tars appelée Thèbes par les Grecs ), vouée au dieu Amon, son statut de capital pour en doter Akhenaton, dédiée au dieu Amon ( aujourd’hui Tell Al Armana ).

Le mot  » aton  » signifiait lumière et chaleur mais aussi la justice et l’énergie de vie qui parcourt l’univers. Akhenaton fit participer à son gouvernement des Nubiens et des Hébreux.  » Aton  » est sans doute issus de l’Hébreu  » adon  » , Adonaï étant l’appellation de Dieu en cette langue. Côté artistique, l’heure était au réalisme avec, pour la 1ère fois, des représentations de la vie quotidienne et de scènes familiales, très éloignées des batailles et des scènes religieuses qui avaient jusqu’alors inspirés les peintres.

L’élite adhéra rapidement à cette notion d’  » un seul et grand dieu  » remplaçant un panthéon de dieux spécialisés. Sous Akhenaton, l’influence de l’empire égyptien s’étendit de l’actuelle Éthiopie au sud de la Turquie. Le pharaon se fit construire un tombeau dont l’axe permettait aux rayons du soleil d’illuminer l’ensemble du momument. Cependant, la guerre était à ses portes. De Byblos ( actuellement au Liban ), le prince Rib Addi envoya des appels de détresse, son royaume étant attaqué par les nomades du désert. Trop occupé à édifier sa capital et gérer son royaume, Akhenaton ne répondit pas. Il ne réagit pas non plus lorsque après les Khabiris, des Indo-Européens, les Hittites, s’en prirent à ses villes septentrionales. Lorsque Damas, Qadnesh et Qatna tombèrent aux mains des envahisseurs, il se décida enfin à dépêcher son armée mais il était déjà trop tard.

Profitant de ces échecs militaires, les prêtresd’Amon osèrent alors accuser le pharaon monothéiste d’hérésie. En 1340 av. J.-C. le général Ahoreb lança un coup d’État militaire. Akhenaton fut assassiné et Néfertiti contrainte de se convertir au culte du dieu à tête de bélier. La nouvelle capitale fut rasée et les représentations du  » pharaon hérétique  » détruites, à de rares exceptions près. Toutes les références au nom d’Akhenaton furent effacées des hiéroglyphes.

Encyclopédie : MILET

De Milet, cité ionienne d’Asie mineure, partit le 1er mouvement scientifique avec dans ses rangs Thalès, Anaximandre et Anaximène. Ils avaient en commun de s’opposer à l’ancienne cosmogonie d’Hésiode qui prônait un monde créé par des dieux à figure humaine. Leur sens du sacré les incita à rejeter cet anthropomorphisme pour aller chercher plutôt le principe divin dans la nature. Pour Thalès, Dieu est eau, pour Anaximène, il est air, et pour Anaximandre, il est l’indéfini. Pour un 4ème, Démocrite, né au milieu du Vème siècle av. J.-C., l’univers est rempli d’atomes, et les choses fortuits entre ces atomes au hasard de leurs courses auraient créé les mondes et l’homme.

Plus tard, plus à l’ouest, à Athènes, Socrate et son disciple Platon, formés par les scientifiques de Milet, ont été à l’origine de la philosophie grecque. Pour mieux faire prendre conscience du monde dans lequel évoluait l’homme, Socrate utilisa l’allégorie de la caverne. Selon lui, l’homme commun est semblable au prisonnier d’une grotte, enchaîné à sa condition misérable et au visage perpétuellement tourné vers le fond. Il voit défiler su la paroi les ombres d’objets promenés dans son dos à la lueur d’un feu et s’imagine que c’est là le réel. Pourtant, ilm ne s’agit que d’illusions. Si on libère ce prisonnier et le contraint à se retourner, à voir les objets qui dessinent ces silouhettes et le feu qui les anime d’un semblant de mouvement, il sera effrayé. Si ensuite on l’entraîne jusqu’à l’entrée de la caverne pour qu’il voie la vraie lumière, il souffrira et en sera ébloui. Et pourtant, s’il poursuit son chemin, il parviendra à regarder en face ce soleil, source bien réelle de toutes les lumières.

Pour Socrate, ce prisonnier, c’est le philosophe. Et lorsqu’il retournera dans la caverne, aucun de ceux qui s’y trouvent ne voudra le croire, et le pire des sorts l’attendra de la part de ceux qu’il souhaitait délivrer du mensonge et des illusions.

Accusé d’impiété et de corrompre la jeunesse, Socrate, en 399 av. J.-C., fut condamné à ingurgiter la ciguë, un poison violent.

Pourquoi ces films dérangent-ils ?

Vraiment pas mal cette idée sur les films indépendants ceux dont les grosses industries du cinéma ne veulent pas. Pourquoi ne veulent-ils pas produire ce genre de film ?  Qui loin d’être des navets sont de véritables chefs d’oeuvres : bon de mon mieux lol

-  » Good night and good luck » de Georges Clooney avec Georges Clooney et
David Strathaim, produit par Métropolitan FilmExport, ce film relate le combat mené par Edward R. Murrow, présentateur du journal TV des années 50, et le producteur Fred Friendly, pour mettre fin à la carrière du sénateur McCarthy et sa chasse aux sorcières anti-communiste. Il est filmé en noir et blanc, et le titre du film est la phrase avec laquelle Murrow clôturait régulièrement ses émissions.

-  » The constant Gardener » réalisé par Fernando Meirelles avec Joseph Fiennes et Rachel Weisz, produit par MarsDistribution, il raconte que dans une région reculée du nord du Kenya, Tessa Quayle, une brillante avocate aussi militante que passionnée, est retrouvée sauvagement assassinée. Le médecin africain qui l’accompagnait est porté disparu, et tout porte à croire qu’il s’agit d’un crime passionnel. Sandy Woodrow, Sir Bernard Pellegrin et les autres membres du Haut commissariat britannique s’imaginent que l’époux de Tessa, leur discret et modeste collègue, Justin Quayle, ne cherchera pas à prendre l’affaire en main. C’est bien mal le connaître…

Et pleins d’autres comme on m’a si bien cités  » Dans la vallée d’Elah  » , « Blood Diamond  » ,  » Hôtel Rawanda  » etc… mais surtout un dont j’ai fait le choix de parler car c’est celui que je préfère et qui m’a le plus plus mais de loin, et ce film tout le monde qui aime le cinéma le connaît forcément car c’est  » Lord of War  » .

 Alors réalisé par Andrew Niccol (  » Bienvenue à Gattaca  » un superbe film vraiment ,  » Simone » avec Al Pacino et aussi c’est lui qui a écrit le scénario de  » The Truman Show » avec Jim Carrey, pas mal quoi ) , avec Nicolas Cage , Ethan Hawke et Jared Leito, le film raconte, ( mais avant cette réplique du début  » on dit que sur Terre 1 homme 12 est armé, il me reste à trouver les 11 autres » ), l’histoire de Yuri Orlov, né en Ukraine avant l’effondrement du bloc soviétique, Yuri arrive aux Etats-Unis avec ses parents. Il se fait passer pour un émigrant juif…
Audacieux et fin négociateur, il se fait une place dans le trafic d’armes. Les énormes sommes d’argent qu’il gagne lui permettent aussi de conquérir celle qui l’a toujours fasciné, la belle Ava.
Parallèlement à cette vie de mari et de père idéal, Yuri devient l’un des plus gros vendeurs d’armes clandestins du monde. Utilisant ses relations à l’Est, il multiplie les coups toujours plus risqués, mais parvient chaque fois à échapper à Jack Valentine, l’agent d’Interpol qui le pourchasse. Des luxueux immeubles new-yorkais aux palais des dictateurs africains, Yuri joue de plus en plus gros. Convaincu de sa chance, il poursuit sa double vie explosive, jusqu’à ce que le destin et sa conscience le rattrapent…

Voilà pour l’histoire mais ce qui est encore plus frappant dans ce film c’est la fin, un face à face entre Nicolas Cage et Ethan Hawke, cette scène se passe dans une pièce où Valentine interroge Yuri et qu’il lui dit  » tu es cuit , on a toutes les preuves » et là Yuri répond  » Dans 2min un homme va venir et il te dira bravo bien joué, tu auras une promotion et moi je serais libre ! ! » , et là nous pauvre spectateur que nous sommes on se dit mdrr ils vont pas relâcher un trafiquant d’armes, et là un homme arrive et tout se passe comme il avait dit avec cette FAMEUSE réplique vraiment magnifique ( horrible mais tellement réelle ) :  » Je suis un mal nécessaire  » en disant ça il dit tout.

Et on comprend pourquoi les gros studios ne produisent pas ce genre de film, car ça inculpe leur propre pays, Yuri vend des armes pour la guerre mais la guerre profite à ceux qu’ils ne veulent pas qu’elle s’arrête ( non pas de nom de pays je veux pas de procés ). Et c’est malheureux mais trop d’actualité, voilà pourquoi on ne produit pas un film qui nous incrime ce serait comme l’avouer donc être coupable, je n’aurais pas vu Warner Bros produire  » Lord of War  » impossible ils se feront sauter leurs Q.G , de toute façon on le sait et il faut des petites boîtes de production qui permettent à ce genre de film de voir le jour car la vérité aussi triste soit-elle vaut le coup d’être connue. Alors vive les studios indépendants

Ps : Mes références et répliques sont de têtes alors excusez moi si je me trompe , et c’est un avis personnel donc sur ce . Bon film.

8MM de Joel Schumacher

8 mm !!!

NOTE : 7/10 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

 » Quand on joue avec le diable, c’est lui qui vous change  » pas mal

J’ai envie de parler des films que j’ai aimé et surtout qui m’ont marqué et c’est le cas de celui là.

C’est un film réalisé par Joel Schumacher, qui a réalisé, tenez vous bien  » Le droit de tuer  » ,  » Phone Game  » ,  » Le nombre 23  » ,  » Tigerland  » celui là hummmm il fit découvrir Collin Farrell dans ce qui est pour moi son plus grand et beau rôle celui de Bose ^^ et pleins d’autres comme 2 volets de Batman mais bon parlons de  » 8mm « . 

Avec Nicolas Cage, Joaquim Phoénix et James Gandolfini, qui raconte l’histoire de Tom Welles, un privé dans la ville de Harrisburg qui mène une vie banale avec sa femme et sa fille. Entre 2 filatures pour adultère, il rêve de l’affaire exceptionnelle qui fera de lui un grand privé. Lorsqu’une richissime veuve lui demande d’enquêter sur le film 8 mm ( un Snuff movie ) qu’elle a découvert dans le coffre de son défunt mari, Tom bascule alors dans un univers dont il ne soupconnait pas l’existence. Les sévices et le meurtre de la jeune inconnue filmés sur la bobine sont-ils seulement une perverse mise en scène ou bien une terrifiante réalité? Et c’est là que commence la descente aux enfers pour Tom, qui va se retrouver embarqué dans un milieu auquel il n’aurait jamais imaginé, en collaboration avec un jeune qui connait le milieu il descend peu à peu dans une sorte de folie pour retrouver les auteurs de ce crime…

Un trés bon film qui permet encore à Nicolas Cage de montrer son talent, et aussi j’avoue il faut pouvoir le regarder ce film avec des scènes horribles à souhaits, pas gore, mais insupportables vraiment il faut avoir le coeur bien accroché mais je le conseille vivement à ceux qui aiment les bons films car s’en est un.

Voici la bande annonce en V.O désolé mais si vous avez lu le résumé les extraits sont compréhensibles. Bon film

Image de prévisualisation YouTube